Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 00:01

Encore une fois la soie a été trouvée sur ebay (bon l'ennui avec ebay c'est que souvent les vendeurs ne restent pas ou ne vendent plus du tout la même chose).

Elle est gris argenté à rayures aubergine. Et comme le tissu a été coupé de travers par le vendeur (c'est malin!), je n'ai pas assez de tissu et je vais être obligée de la retrousser.


La jupe est quant à elle en coton noir acheté au marché.


Les dentelles utilisées sont des dentelles anciennes du début du 20ème siècle.

 

Sous la jupe, la structure qui permet de donner le volume nécessaire à l'arrière s'appelle un "cul". C'est une sorte de coussin fait en 2 parties, en forme de fesses, rembourré avec de la bourre à oreiller. Il y a plusieurs tailles possibles, tout dépend de la forme finale désirée.

 

Patron utilisé : je ne sais plus trop, un patron d'anglaise basique dont j'ai modifié le corsage pour obtenir cette forme.

 

Inspiration : un portrait réalisé par Rose-Adelaïde Ducreux.

 ducreux-rose-adelaide-1761-180-portrait-d-une-femme-tenant-.jpg

 

Mon but avoué étant d'avoir une tenue qui résiste à la boue et éventuellement au mauvais temps, j'en ai fait une robe de demi-deuil avec une jupe noire. Evidemment quand je serai fatiguée du noir il sera toujours temps de changer tout ça pour une autre couleur, comme sur le tableau par exemple.

 

  994892_10201187816232275_2080870062_n.jpg

 

 

Fournitures :

- soie rayée : 3 m 60 en 137 cm de large

- coton noir : 3 m

- dentelles anciennes (environ 10 cm de large) : 1 m

Repost 0
Published by Mousseline - dans 18ème
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 20:02

Cette fois je le fais avec fermeture à l'avant. J'en ai plus qu'assez du laçage dans le dos qui ne me permet pas de l'enfiler toute seule, ne serait-ce que pour essayer mes robes avec.

 

Il est également sans bretelles, comme le modèle d'origine que voilà qui date des années 1740/1760 :

 

 stays-1740-1760.jpg

 

Et ça donne ça, sur un mannequin trop rigide et qui n'a pas la bonne forme ce qui explique que le corps ait une drôle d'allure.

 

IMG_6660.JPG

 

 De dos

 

IMG_6657.JPG

 

 

Fournitures requises :

 

- soie : moins d'1 m  (140 cm de large)

- doublure en coton épais : idem

- baleines en plastique (0,7cm de large) : 20 m

- lacets : 2 m (4 m puisque j'en mets à l'avant et à l'arrière)

- biais en satin ou acetate : 3 m

- oeillets en métal : 40

 

   

A titre indicatif, le coût total pour celui-là (sachant que la soie était assez chère) est de 60 € .

Et beaucoup beaucoup d'heures de couture à la machine mais aussi à la main.

Repost 0
Published by - dans 18ème
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 09:24

 

 

Il faisait très lourd ce jour-là et je n'avais pas mis de corps à baleines. Résultat : ça se voit! Et le corsage, bien que baleiné, ne tombe pas comme il devrait.

 

 

IMG_5683.JPG 

 

  Bilan :

 

- 7 m de soie rayée (robe + jupe de dessous)

- 1 m de doublure en coton

- 2 m de baleines

- 7 m  de galon

 

 

Les difficultés du costume :

 

- le dos, pour que les plis soient symétriques et au milieu

Repost 0
Published by - dans 18ème
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 00:16

Avec beaucoup d'imagination il faut se dire qu'on est au 18ème siècle sous le règne de Louis XV (fin du règne).

 

Je suis partie d'une perruque synthétique à cheveux très longs pour la bonne et simple raison que je ne savais absolument pas de quelle longueur j'aurais besoin. Je l'ai recoupée ensuite.

40$ sur cosworx  et de ma couleur de cheveux, c'était un prix raisonnable.

 

 

Matériel :

 

- une perruque

- une tête en polystyrène (trouvée dans un magasin de perruques et autres rajouts à Paris)

- un reste de planche, en l'occurrence les finitions de la cuisine Ikéa

- de la colle liquide pour fixer la tête sur son socle (la Scotch du rayon fournitures scolaires marche très bien)

- un peigne à queue

- un fer à friser

- des épingles

- des pinces à cheveux

- de la laque....beaucoup de laque! (Elnett, Loréal)

- des rubans et autres décorations diverses si on le souhaite

 

 

 

En bref, le synthétique c'est sympa mais contrairement aux vrais cheveux sur une vraie tête :

 

1) ce n'est pas pratique du tout pour faire des raies, qu'elles soient médianes ou latérales ;

2) l'usage du fer à friser n'est pas recommandé, ça fond le synthétique mine de rien ;

3) pas évident non plus de relever les cheveux : dès qu'on relève une mèche, on risque de voir des trous ;

4) les bigoudis ne marchent pas ou alors je suis une vraie quiche ;

5) les cheveux synthétiques sont relativement épais ce qui explique la choucroute obtenue ;

6) ça s'emmêle de partout et forcément quand on démêle ça arrache la moitié des cheveux de la perruque!

 

 

Je hais cette perruque!

 

 

Au final j'ai monté tous les marteaux en les modelant à froid au fer à friser. Je roulais donc d'une main, j'essayais ensuite d'enlever le fer sans dérouler la mèche puis je me dépêchais de laquer et de fixer tout ça avec des épingles.

 

Bien sûr j'ai recoupé certaines parties de la perruque en fonction de ce que je voulais faire, les mèches trop longues ne sont pas pratiques à travailler.

 

On commence un peu en vrac, avec les big marteaux :

 

IMG_5242.JPG

 

 

L'avant terminé, même si je suis moyennement contente du résultat :

 

IMG 5259 

 

 

Pour voir l'arrière et la perruque finie, il faudra revenir plus tard sur le blog!

Repost 0
Published by - dans 18ème
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 21:14

La pièce d'estomac, élément typique de la robe à la française, est un plastron souvent amovible, épinglé directement sur le corps à baleines.
On enfilait ensuite le manteau de robe par dessus et on fixait ce dernier à la pièce d'estomac.

Certaines sont équipées de rubans sur les côtés, ce qui permet de les épingler sans abîmer les broderies qui les recouvrent.

Un exemple de pièces d'estomac (les arts décoratifs, 1720/1770, Paris):

84770eb7215d285ea3319d836ceda5cf.jpg

Repost 0
Published by Mousseline - dans 18ème
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 17:46

Au XVIIIème siècle, il n'est pas encore question de corset, celui-ci apparaîtra plus tard.


Le corps à baleines doit son nom aux fanons de baleine qui lui donnent sa tenue.


Les pièces qui composent le corps à baleines (au final il y aura 3 épaisseurs de tissu : le tissu du dessus, l'entoilage et la doublure) et les pièces épinglées entre elles :

 

corps baleine 18eme

Presque terminé, il reste à faire les finitions et à coudre du biais sur toutes les coutures


NB : compter 17 m de baleines et pas 28 m comme le dit le patron.


Repost 0
Published by Mousseline - dans 18ème
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 16:34

Finalement j'ai décidé d'investir dans le mannequin de couture et heureusement, ça aide!

Pour les paniers, j'ai mis un certain temps à comprendre comment les pièces s'assemblaient alors qu'en fait c'est tout bête... Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?
Bref, j'ai quand même réussi à faire mes premiers paniers!

Pourquoi en gris? J'avais pas mal de chutes de popeline grise, tout simplement.



Repost 0
Published by Mousseline - dans 18ème
commenter cet article